Jean Pierre Ceton
romans

Le désir de cinéma

Deux émissions que j'ai réalisées au festival d'Hyères en 1980 pour les Nuits magnétiques, sur France Culture. Une année où je n'avais pas  présenté de film, j'avais juste Rauque la ville avec moi, à qui ce Festival a donné le prix du premier roman cette année-là :

Avec Anne Luthaud, Lionel Soukaz, Christiane Rochefort, Marcel Mazé, Dominique Noguez, Babette Mangolte, Marceline Loridan, Martine Rousset, Peter Rubin, François Denis, Betty Gordon, Michael Oblowitz, Paul Sharits, Vivian Ostrowsky...

 

Avec Marguerite Duras, Pierre Clémenti, Marceline Loridan, Marcel Hanoun, Christiane Rochefort, Dominique Noguez, Gerhard Theuring, Jean-Paul Cayeux, Jean-Paul Dupuis, Yves Navarre, Olivier Guitton, Bulle Ogier...



"ENTRETIENS AVEC MARGUERITE DURAS PAR JEAN PIERRE CETON"

France Culture, 1ère diffusion 27-31/10/1980
dernières rediffusions 27/02-03/03/2006, 3-7/08/09
extrait:


C'EST DROLE LE TEMPS QUI PASSE

(in progress)

Voix d'Atlas:  
Moi, Atlas, je ne peux plus savoir comment je les ai rencontrés ces deux-là…
Katia, oui, je la connaissais avant les autres, je l’avais connue bien avant, à l’université… On faisait les mêmes études, mêmes cours, mêmes profs… c’est par elle que plus tard j’avais rencontré Julien…
Je ne peux pas savoir comment eux s’étaient connus… peut-être que je ne l’ai jamais su… Lui en tout cas qui un jour m’a invité à une soirée pour son anniversaire, il voulait fêter ses trente ans, il en faisait toute une affaire, n’arrêtait pas de se justifier, en finir avec l’adolescence, rentrer dans la vie d’adulte…
Et c’est à cette soirée-là que j’ai fait la connaissance d’une fille au prénom incroyable, Aimée-Sophie… une fille que vraiment je n’avais jamais rencontrée. C’est à dire quelqu’un que je n’imaginais pas connaitre…
En fait dès que je l’ai vue, je n’ai pas pu me détacher d’elle… Bien sûr tout le monde la trouvait jolie et la plupart des garçons en étaient amoureux…  Pour moi c’était pas loin d’être la personne que j’avais rêvé de connaitre et d’aimer toujours, un amour pour la vie…

POUR ECHAPPER AU DESTIN

1ère diffusion France Culture, 7 juillet 2004
réalisation : Jean Couturier
avec  :  Annick Alane, Anne-Lise Hesme, Arnaud Bédouet, Garance Clavel, Simon Duprez.

(...)
La Mère :   Voilà, partis, disparus… Peut-être qu’ils ont travaillé toute la nuit, parce que ce matin ils ne se réveillaient pas… A force d’attendre, je suis allée voir où ils en étaient, ils dormaient encore, ils dormaient… Ensuite, ils en ont passé des appels au téléphone… je crois même qu’ils se sont appelés … je les ai vus qui parlaient l’un à côté de l’autre avec chacun leur petit mobile… mais est-ce que c’était à quelqu’un d’autre qu’ils parlaient ou à la même personne ? …
Plus tard, c’est lui mon grand, mon enfant, mon fils, lui qui croyait qu’elle était sortie, alors il l’a appelée avec son petit téléphone… mais non, elle se trouvait simplement dans la chambre, en train de chercher ce qu’elle allait se mettre… changée au moins trois fois depuis le matin… élégante, prend soin de sa personne, pas besoin de se maquiller pour être belle, l’est déjà avant de se réveiller…
Et puis, sur le coup des deux heures de l’après-midi, pftt ! ils se sont enfuis, sans dire quoi ni où ni pour combien de temps… disparus !… Dommage qu’ils soient partis… Une si belle journée, comme je les aime…

LE BESOIN QU'ONT LES ÊTRES D'ÊTRE DEUX

1ère diffusion France Culture, 7 mai 2002
réalisation: Jacques Taroni
avec Garance Clavel.

(...)
Lui : … Je suis content soudainement, content de parler comme ça, avec toi que je ne connais pas… et avec toi que je connais un tout petit peu…

Elle  : Un instant de pluie?…

Lui : … Je connais plus ta voix que si je t’avais rencontrée dans un restaurant ou à un vernissage d’exposition… je sais que tu me parles quand tu t’adresses à moi… je sens que tu t’adresses à moi quand tu me parles… oui, je suis content, je me sens joyeux, tout d’un coup joyeux…

PATHETIQUE SUN

(...)
MIC : Viens, j’ai pas envie d’en perdre le rire.
MILLE : Laisse-moi !
MIC : Je t’aime Mille, viens, on va aller oublier le monde...
MILLE : Mic ! je vais pas te dire à toi que j’ai mal à la tête... Oh ! Mic, tu as vu le mec ?... Assez beau, hein ? Si j’avais pas été avec toi, je l’aurais maté... T’as vu ? il me regarde encore.
MIC : Qu’est-ce que tu vas faire ?
MILLE : Je dois passer à l’agence... Tu as l’air de me suivre?... Mic ! t’es gentil Mic, mais tu ne devrais pas t’occuper de moi, tu comprends?...Je ne comprends pas que tu comprennes pas !
MIC : Tu acceptes tes désirs, moi aussi !... Je vais aller peindre, il n’y a que ça que j’ai envie de faire. Pourquoi tu marches si vite?... T’es pressée de mater peut-être ? Est-ce que tu fais l’amour avec tous ces mecs ?
MILLE : Eh oui, tout le temps, avec les femmes aussi... Non ! petit Mic, t’es fou, je me tire... Parfois c’est pas facile, les mecs tu peux pas savoir, les femmes c’est pareil d’ailleurs, ils s’accrochent tous. Je sais pas moi, ça doit être une question d’honneur.
MIC : Ah ! l’honneur, un truc nul, vraiment nul ! C’est extraordinaire d’ailleurs que ça vienne de si loin et que ce soit un truc nul.
(...)
MARIE-JOVE: Vous savez, il y a des gens que vous ne connaissez pas, et heureusement d’ailleurs, je les estime bien peu... de la famille du côté de mon mari... Ils me reprochent de vivre dans mes rêves, comme ils disent. Je ne leur réponds plus depuis longtemps. Je me crois moins dans les rêves que ces gens-là. En tout cas, je ne me sens pas prise dans leur fiction historique désespérante...
(...)

OU EST LA PLAGE PUISQUE C’EST  L’ETE ?

VISITEUSE : Vous êtes toujours tous les deux ?... Tout le temps ensemble, c’est possible ?... Depuis quand ? Je veux dire depuis quand ça vous est arrivé ? Comment vous êtes vous rencontrés... c’était le hasard ? Vous ne voulez pas me raconter ?... Vous ne voulez pas... je ne sais pas pourquoi je le demande, je ne suis pas mondaine d’ordinaire... Beaucoup de gens sont seuls et s’en plaignent, moi je ne sais pas, je n’arrive pas à savoir... Vous vous n’avez pas l’air d’être seuls, si ?...
LUI : C’est à dire... par définition oui, on est toujours seuls, non?...
(...) ELLE : Arrête de regarder par la fenêtre, arrête, je t’en supplie !
LUI : J’ai toujours fait ça..
ELLE : Oui, mais tu le fais de plus en plus.
LUI : Obsession, ça m’obsède, oui...
ELLE : Ils sont loin ces immeubles, ils ne nous gênent pas tant que ça !
LUI : Les bureaux me dérangent, toujours ils me dérangeront...
ELLE : ... Gratte-ciels ou gratte-cieux ?...
LUI : Quoi ?
ELLE : Excuse-moi, je trouve qu’ils sont beaux comme des châteaux anciens... surtout celui de gauche, on dirait un château moderne...
LUI : Ne te moque pas de moi, je t’en supplie...
ELLE : Qu’est-ce que tu fais?
LUI : Je te regarde... Je veux te regarder toi, que toi, uniquement toi...
(...)
VISITEUSE : Je cherche un endroit, quelque part où je pourrais aller, être bien, être contente, joyeuse, douce et envahie... Vous riez ?... Vous vous êtes tous les deux ?... Ca va vous tous les deux ?... Comme pour échapper au destin, bordel de merde! Pour essayer d’y échapper, hein, c’est ça ?....

FREQUENCE PERDUE

Une oeuvre etrange sous le signe d'Henry James, de Cocteau, de Proust, de Maupassant, centrée sur le gout de la reminiscence et du temps perdu ou enfoui (Lyon Poche)

Plan 1. Lettre : Livia Livia, je suis parti comme pour m'installer chez mon vieil Oncle. Il est mort, et il n'y a personne dans sa maison. J'ai envie d'y aller passer des moments de temps à autre. Y travailler. J'ai amené mon manuscrit. Il y a un tout petit bureau donnant sur un jardin. Je vais rentrer un de ces soirs, je t'appellerai. Tendre tendre...
Julien

NARCISSO-METAL

Narcisso-Métal est un film pour Narcisse, miroirs et vitres, où le regard est sujet, puisque c'est le jouet de Narcisse. Ce qui n'est pas sans danger pour lui comme on le sait. Film autoportrait à proprement parler: dans la plupart des scènes, le réalisateur se filme lui-même au moyen d'un déclencheur automatique ou à distance de la caméra.

Une projection exceptionnelle a eu lieu le samedi 6 octobre 2012, à l'occasion d'un hommage à Marcel Mazé, au Forum des images Paris 1er

CJ CINEMA



courrier:  JPC@JeanpierreCeton  english  espaÑol  biographie  liens  commander  haut de page