Jean Pierre Ceton
romans

2020 / 9 / 21   fb  /  t  @ceton  /  m'écrire /  l'auteur utilise la nouvelle orthographe


 Chez tous les libraires :

"Le petit roman de juillet" (BoD)

 
(Blog des jours: un petit roman, c'est tout !)

Une rencontre de hasard déclenche un amour passionnel et obsessionnel. 
Après des balades sans fin dans la ville, cet amour devenu impossible
pousse le narrateur à un improbable exil au milieu des bois,
dans une douce cabane de deux mètres sur deux.
Là on se planque avec le Robinson des temps modernes,
on est dans la magie de son délire, on écoute les bruits de la nature,
on attend et on voit arriver de nouveaux personnages
au destin plus ou moins tragique. Jusqu'à la venue de
Lou qui apporte de la légèreté dans la vie, mais aussi un sens à
la fuite...

« Le petit roman de juillet » Books on demand, 136 p. 13€
---

Urgence de la langue ou Quand on a commencé à pratiquer la nouvelle orthographe,
c'est difficle de revenir en arrière!


---

Blog date: Les defauts de l'écriture inclusive?... Fouille au corp... Camps climat... Le Débat arrêté.... Pas la guerre policière... Bernard Stiegler antimoderne... le néo-correct d'Aurore: un boulet au pied des jeunes... "Auteurs indépendants, livres extraordinaires"... Prenez un homme et une femme... Ce qui est arrivé au bas-latin...  L'idée fixe de convertir... Des prénoms aux noms de rues de femmes...  Pas que des "crétins digitaux"... Les regards après le me-too...   

Blog Perles: Depuis 1540 au moins... Le droit de battre légèrement... 36° à Paris le 24 mai 1922... De la dissidence comme vertu... La peste de Justinien... Indemnité de panier à 2€... "Péjorer"... Urinoir au féminin... Même Staline faisait mieux... Les livres se vendent mieux la nuit... Foucault ne voyait pas les femmes...

Sur overblog.com: Les homicides toujours désespérants... Appliquer les Rectifications... Clichés de malheur... Une blague de blancs... L'hopital à l'acte... Gilets jaunes, une opposition au régime...  Honte à l'annexion...  Ne plus les appeler Père ou Mère...  Vers l'Europe souveraine... Les analyses de Lénine toujours d'actualité?... Le clitoris dédié au plaisir...

___

Une rencontre présentation devait avoir lieu ce 6 mai 2020, annulée pour Covid19

à La petite lumière 14 rue Boulard Paris 14e

Une rencontre-débat a eu lieu le mardi 17 décembre 2019
Librairie Libres Champs Léa
18, rue le Verrier 75006 Paris

Pour Nouvelles du passé 176 p. 16€ (BoD)
Un retour vers l'enfance intrigant, à l'image des deux personnages féminins qui confèrent à ce roman une légère dimension fantasmatique... Le livre possède une double fin, parce qu'un roman ne devrait jamais finir.
Et Osons libérer le français 124 p. 13€ (BoD)
Une libération radicale, avec des règles générales sans exception... Dix clés pour ouvrir le français aux logiques contemporaines, de sorte qu'il résiste à l'anglais...


-----

Fictions en ligne

La belle philosophe  /  La trahison de Bologne  /  Une simple silhouette qui dansait  /  La voyante et Rimbaud  /  La fantôme de Montréal / Un voyage en Chine

Lettres au lecteur

Urgence de la langue / Désidéologiser la langue /  Le parcours regressif  /  Un pari cetonien: l'IA humanisera l'humain / Le logiciel d'opposition a changé / Ouvrir le français aux logiques contemporaines / Vivre plutôt bien sous le régime des algorithmes / Dans la francophonie continuer le français / Elire au suffrage universel le président d'Europe  (Le Monde.fr 24/11/2011) /  Démilitariser la vie sociale/ Madame la ou le ministre ? / L'Europe, prémonition du monde à venir La courbure inutile du français / L'écriture comme invention du monde / Sortir de la régression (Le Monde 01/06/2002) / En pensant à Diderot / Libérons la langue française (Le Monde 14/01/1998)

  Extraits

En librairies de ville, de quartier ou du net:

Le petit roman de juillet,
Nouvelles du passé,
Osons libérer le français 

« Une réflexion pertinente quant aux complexités de la langue française »  (Portail du livre)


Rauque la ville, La Fiction d'Emmedée, Rapt d'amour, La Suive, Le pont d'Algeciras, Les voyageurs modèles, Petit homme chéri...

L'Insatisfaction
roman, 2014 180p 14€  (BoD)

« Un sujet intéressant, notamment dans le renversement qu'il opère par rapport aux clichés encore bien solides sur la sexualité féminine » (Sophie Bogaert)

Regarder loin récit 2015 294p 10€ (BoD)

Les blogues 2006-2015 rassemblés en un récit du monde par « l’observateur aux nerfs d'acier, le penseur libéré, l'humain numérique de ce 21e siècle »

Jamais autant récit 2016 132p  6€ (BoD). 

Les ''perles'' amassées librement entre 2008 et 2016.
« Un livre utile, et souvent drôle » (Jean Cléder)

On ne peut pas avoir écrit Lol V.Stein et désirer être encore à l'écrire

ENTRETIENS AVEC MARGUERITE DURAS (2012 Bourin éditeur, notes de Jean Cléder)
« La voix de Duras... » (Xavier Houssin, Le Monde)

Romans

RAUQUE LA VILLE, 1980, éditions de Minuit  préface  de Marguerite Duras + les yeux verts (écouter)

RAPT D'AMOUR, 1986, P.O.L éditeur

LA SUIVE, 1989, Imprimerie nationale éditions

PATHETIQUE SUN, 1991, Critérion éditeur

LA FICTION D'EMMEDEE, 1997, éditions du Rocher

LES VOYAGEURS MODELES, 2002, éd. Comp'Act 

PETIT HOMME CHERI, 2005, éditions L'ACT MEM

LE PONT D'ALGECIRAS, 2008,  éditions L'ACT MEM

L'INSATISFACTION, 2014, BoD édition

REGARDER LOIN, 2015, BoD édition

JAMAIS AUTANT, 2016, BoD édition

NOUVELLES DU PASSE, 2019, BoD édition

OSONS LIBERER LE FRANCAIS, 2019, BoD édition

LE PETIT ROMAN DE JUILLET, 2020, BoD édition

Théorie

Entretien, 5e journée Duras à Chaville

en feuilleton

Conférence à la Maréchalerie centre d'art contemporain (écouter) ENSA Versailles

En ligne


2 émissions des Nuits magnétiques de France Culture sur le festival d'Hyères 1980


France Culture
Entretien par Geneviève Huttin
Avec André Gide, Marguerite Duras, Jean Rhys, Sergiu Celibidache, Nicolas Michelin, La Monte Young, Michel Rocard, Axel Bogousslavsky, Bulle Ogier

Jean Pierre Ceton, writer in France in November, 1996




















  
"Ainsi on généraliserait le s comme règle du pluriel y compris pour les fameus bijous, caillous, genous, par conséquent le s disparaitrait au singulier, on écrirait beau temp, donc quelque temp, et les temps sont durs"...
(Osons libérer le français, 2019, BoD p.10)

AMIE, QUAND TU DIS : « Il ne se passera rien de bon », quand tu es pessimiste, c'est que tu te places dans le déjà écrit...
(Regarder loin, 2015, BoD p. 37)

"Quelle belle journée ! J'ai retrouvé mon énergie, j'ai envie de faire plein de choses, je me lance dans plusieurs trucs en même temp. J'ai plein d'idées qui m'arrivent, j'ai envie de partir en voyage, j'appelle des gens que j'avais oubliés..."
(
L'Insatisfaction, 2014, BoD p. 38)

"Depuis la disparition de Ciela, l'image que j'avais le plus présente à la mémoire, c'était  quand elle battait des bras à la volée. D'autant que pour Ciela, battre des bras à la volée pouvait tout aussi bien exprimer un contentement exalté que sa révolte furibonde..."
(Le pont d'Algeciras, l'Act Mem p. 39)

"Ce jour-là, avec mon habitude de lire toujours le plus grand nombre possible d’inscriptions, je ne voyais que des slogans. Je devais être un peu nerveux, je ne voyais que des slogans. Je farfelunais, à reprises dans ma tête : « ce monde pitoyable qui ne peut fonctionner que par slogans...  » 
(Rauque la ville, éditions de Minuit p. 57)

"« Détective, je le sais bien que vous faites le détective ! » Je pense maintenant qu'à l'époque je ne savais pas très bien ce que c'était le travail de détective, sauf ce que pouvaient m'avoir appris différents films vus tout au long de ma longue carrière d'imbécile.
(La Suive, Imprimerie nationale éditions p. 32)

"Deux figures en effet s'opposent sous-jacentes à tous discours, la première développée par ceux qui pensent inévitable la catastrophe pour l'humanité, et la seconde par ceux qui entrevoient des possibilités jusqu'alors inédites de vivre sur Terre."
(Blogdate 27 juin 2008)