Jean Pierre Ceton
romans

2018 / 8 / 16       /   fb  /  t  @ceton  /  m'écrire /  l'auteur utilie la nouvelle orthographe

Sur le modèle de « Qui a tué mon père » d’Edouard Louis, père qui n'est d'ailleurs pas mort, même s'il est abimé physiquement, Didier Eribon écrit « Qui a tué ma mère » qui elle est morte à 87 ans. Respect pour elle qui a travaillé toute sa vie, longtemps femme de ménage et quinze ans ouvrière. Beaucoup de gens dans l’histoire ont travaillé dur physiquement, par exemple les paysans, et beaucoup ont été indignement exploités par des maitres de travail. Si la plupart des travailleurs aujourd'hui s’abiment moins le corps c'est en raison des machines  qui transportent, soulevent, creusent, et des habits de rigueur, les gants, les accessoires pour protéger les yeux, les oreilles etc.
Rien ne prouve que la mère de Didier Eribon ne serait pas morte plus tôt si elle avait travaillé dans un bureau. Autant dire que cette mode du trio Louis, Eribon, plus un autre sociologue Geoffroy de Lagasnerieo, qui consiste à jouer les  maximalistes de la gauche radicale pourrait bien être une escroquerie intellectuelle... (suite)

Blog date: Le trio maximaliste: une escoquerie intellectuelle... "Uritrottoirs" pour les hommes... Le record de 1922... On enrobe ou on retire ce goudron?... La jolie fête de fous... Claudel, pas bien dans son époque... Un modèle ancien de conducteurs... La France n'est pas libérale... Le passé simple de "1984"... Cesser de baguer les oiseaux... 

Blog Perles: Sans avoir atteint le record de 1947... 7 ans après Fukushima... Payer son insolente audace... Toujours plus de détenus en France... 38.4° à Paris en 1921... 8% de CO2 dû au tourisme... 1,7 milliards d'étoiles... Foucault ne voyait pas les femmes... Echenoz imprime... Algues dévoreuses de pollution...

Sur overblog.com: "Un véritable scandale d'Etat"... Vers l'Europe souveraine... Les analyses de Lénine toujours d'actualité?... Principe des démocratures... Le clitoris dédié au plaisir... Fermer les centrales au charbon... Les réseaux sociaux, la plus grande liberté depuis 1789... L'épée d'académicien n'est pas un téléphone intelligent...

Fictions en ligne

La belle philosophe  /  La trahison de Bologne  /  Une simple silhouette qui dansait  /  La voyante et Rimbaud  /  La fantôme de Montréal / Un voyage en Chine

----------------------------------------------------------

Lettres au lecteur

Le parcours regressif  /  Un pari cetonien: l'IA humanisera l'humain / Le logiciel d'opposition a changé / Ouvrir le français aux logiques contemporaines / Vivre plutôt bien sous le régime des algorithmes / Dans la francophonie continuer le français / Elire au suffrage universel le président d'Europe  (Le Monde.fr 24/11/2011) /  Démilitariser la vie sociale/ Madame la ou le ministre ? / L'Europe, prémonition du monde à venir La courbure inutile du français / L'écriture comme invention du monde / Sortir de la régression (Le Monde 01/06/2002) / En pensant à Diderot / Libérons la langue française (Le Monde 14/01/1998)

Extraits

En librairies de ville ou du net:

Rauque la ville, La Fiction d'Emmedée, La Suive, Le pont d'Algeciras, Les voyageurs modèles, Petit homme chéri...
Jamais autant
récit 2016 132p  6€ (BoD). 

Les ''perles'' amassées librement entre 2008 et 2016.
« Un livre utile, et souvent drôle » (Jean Cléder)

Regarder loin récit 2015 294p 10€ (BoD)

Les blogues 2006-2015 rassemblés en un récit du monde par « l’observateur aux nerfs d'acier, le penseur libéré, l'humain numérique de ce 21e siècle »

L'Insatisfaction roman, 2014 180p 14€  (BoD)

« Un sujet intéressant, notamment dans le renversement qu'il opère par rapport aux clichés encore bien solides sur la sexualité féminine » (Sophie Bogaert)

On ne peut pas avoir écrit Lol V.Stein et désirer être encore à l'écrire

ENTRETIENS AVEC MARGUERITE DURAS (2012 Bourin éditeur, notes de Jean Cléder)
« La voix de Duras... » (Xavier Houssin, Le Mond

Romans

RAUQUE LA VILLE, 1980, éditions de Minuit  préface  de Marguerite Duras + les yeux verts (écouter)

RAPT D'AMOUR, 1986, P.O.L éditeur

LA SUIVE, 1989, Imprimerie nationale éditions

PATHETIQUE SUN, 1991, Critérion éditeur

LE PETIT ROMAN DE JUILLET, 1993, Google Play

LA FICTION D'EMMEDEE, 1997, éditions du Rocher

LES VOYAGEURS MODELES, 2002, éd. Comp'Act 

PETIT HOMME CHERI, 2005, éditions L'ACT MEM

LE PONT D'ALGECIRAS, 2008,  éditions L'ACT MEM

L'INSATISFACTION, 2014, BoD édition

REGARDER LOIN, 2015, BoD édition

JAMAIS AUTANT, 2016, BoD édition

Théorie

Entretien, 5e journée Duras à Chaville

en feuilleton

Conférence à la Maréchalerie centre d'art contemporain (écouter) ENSA Versailles

En ligne


2 émissions des Nuits magnétiques de France Culture sur le festival d'Hyères 1980


France Culture
Entretien par Geneviève Huttin
Avec André Gide, Marguerite Duras, Jean Rhys, Sergiu Celibidache, Nicolas Michelin, La Monte Young, Michel Rocard, Axel Bogousslavsky, Bulle Ogier

Jean Pierre Ceton, writer in France in November, 1996









AMIE, QUAND TU DIS : « Il ne se passera rien de bon », quand tu es pessimiste, c'est que tu te places dans le déjà écrit...
(Regarder loin, 2015, BoD p. 37)

"Quelle belle journée ! J'ai retrouvé mon énergie, j'ai envie de faire plein de choses, je me lance dans plusieurs trucs en même temp. J'ai plein d'idées qui m'arrivent, j'ai envie de partir en voyage, j'appelle des gens que j'avais oubliés..."
(
L'Insatisfaction, 2014, BoD p. 38)

"Depuis la disparition de Ciela, l'image que j'avais le plus présente à la mémoire, c'était  quand elle battait des bras à la volée. D'autant que pour Ciela, battre des bras à la volée pouvait tout aussi bien exprimer un contentement exalté que sa révolte furibonde..."
(Le pont d'Algeciras, l'Act Mem p. 39)

"Ce jour-là, avec mon habitude de lire toujours le plus grand nombre possible d’inscriptions, je ne voyais que des slogans. Je devais être un peu nerveux, je ne voyais que des slogans. Je farfelunais, à reprises dans ma tête : « ce monde pitoyable qui ne peut fonctionner que par slogans...  » 
(Rauque la ville, éditions de Minuit p. 57)

"« Détective, je le sais bien que vous faites le détective ! »
Je pense maintenant qu'à l'époque je ne savais pas très bien ce que c'était le travail de détective, sauf ce que pouvaient m'avoir appris différents films vus tout au long de ma longue carrière d'imbécile.
(La Suive, Imprimerie nationale éditions p. 32)

"Deux figures en effet s'opposent sous-jacentes à tous discours, la première développée par ceux qui pensent inévitable la catastrophe pour l'humanité, et la seconde par ceux qui entrevoient des possibilités jusqu'alors inédites de vivre sur Terre."
(Blogdate 27 juin 2008)